Avec un peu de retard, je viens vous raconter comment s’est passé mon deuxième trimestre de ma grossesse. Après vous avoir raconté mon premier trimestre rempli d’appréhension, je vais vous détailler celui qui nous a aussi réservé son lot de mauvaises surprises et de stress. Je vous spoil dès maintenant en disant que finalement, les choses se sont plutôt bien passées et c’est tant mieux pour nous !


Quatrième mois

Annonce bébé garcon instagram facebook deuxieme trimestre bilan grossesse

Ce quatrième mois a été assez calme au départ, j’avais pas mal de jours de repos donc je me suis sentie un peu mieux par rapport à tous les désagréments du premier trimestre. La moitié du mois était assez cool du coup, peu de temps après j’ai repris le travail, et je suis arrivée à un stade où j’avais 15/20 contractions par jour à seulement 16 SA. C’est à partir de là que j’ai donc commencé à ne plus travailler, parce que mon travail en 12h aux urgences ne coïncidait pas avec les symptômes dû à mon utérus contractile. J’apprends à ce moment là que finalement, ce n’est pas une petite fille qu’on attend mais un joli petit garçon. Du coup du repos, beaucoup du repos à partir de ce moment, je n’aurais jamais pensé que je ne retournerais pas au travail à ce moment.

Par la suite, à la fin du quatrième mois, j’ai vite attrapé une vilaine bronchite. Par contre je n’avais jamais imaginé la différence entre être malade hors grossesse et pendant. Je toussais comme jamais je n’ai toussé, je n’avais droit à aucun traitements car tous déconseillés au femmes enceintes (mis à part un sirop homéopathique qui ne faisait rien). Du coup cette bronchite interminable à durée une dizaine de jours, où je ne dormais que 2 ou 3h la nuit assise dans le canapé, la fatigue est revenue de plus belle. Je faisais énormément de cauchemars à cette époque, le peu de temps où je dormais n’était pas du tout reposant.

Par contre, la chose la plus merveilleuse de ce trimestre c’est qu’à partir de 17SA j’ai commencé à sentir mon bébé bouger ! J’avais tellement hâte,


Cinquième mois

Ce mois-ci a été assez calme au début, je suis restée tranquillement chez moi à me reposer sans trop forcer pour limiter les complications. On en profite pour partir se reposer un peu en vacances en Savoie, ce qui nous a vraiment fait du bien pour changer un peu cette routine de repos/canapé. Mon ventre a vraiment commencé à s’arrondir beaucoup à cette période d’ailleurs, je pense que l’air frais de la montagne nous a redonné de l’énergie à tous les deux. Les contractions se font rares si je prends soin de moi et que je prends du spasfon régulièrement donc je suis assez contente. Je commence enfin à respirer de nouveau et à me sentir mieux dans cette grossesse.

C’est à ce moment où je fais l’écho T2 fin juin, tout va bien, un bébé en pleine forme avec des mesures parfaites. Par précaution, je redemande le résultat de la prise de sang de la trisomie (parce qu’on m’avait dit « on vous tiendra au courant seulement si ya un souci, sinon c’est que c’est bon »). Du coup, le gynécologue nous dit « vous savez, on dit pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! » sauf que pour le coup ce n’était pas très bon… Nous avons un « risque intermédiaire » que notre enfant souffre de trisomie, 1 risque sur 264 et ce résultat aurait dû nous être communiqué depuis un mois et demi déjà.

A ce moment là, je suis à quasiment 23 SA et on me parle de faire un test qui coûte 300€, une simple prise de sang qui s’appelle DNPI (Dépistage Prénatal Non-invasif). En état de choc, nous allons directement au laboratoire, appelons la mutuelle pour savoir si un quelconque remboursement est envisageable : non. Une fois au labo, nous n’avons pas de chéquier sur nous alors nous rentrons et nous pensions y retourner plus tard. Mais les gentilles secrétaires nous disent « renseignez vous bien, ça va être remboursé bientôt, demandez à d’autres labo… ».

Finalement, après des heures de recherche sur internet, des dizaines de coups de téléphones dans différents laboratoires et hôpitaux d’autres villes, nous sommes perdus. Si vous êtes suivis au CHU de Dijon, il est pris en charge pour leurs clientes, pareil pour Nancy, mais ça ne marche pas pour Chaumont (alias ma ville perdue). Du coup on trouve, par chance, que le laboratoire d’un hôpital à 1h de route prend en charge la prise de sang, sans avance de frais, c’est royal ! Le lendemain matin, nous y sommes, ce bilan prend 3 minutes (et 3 tubes énormes au passage) mais au moins on ne lâchera pas 300€. La peur est toujours là, les résultats arriveront minimum 2 semaines plus tard.


Sixième mois

À ce moment là, nous essayons d’aller de l’avant en attendant les résultats alors on commence à faire la chambre de notre chaton. Ma maman vient nous aider pour refaire le papier peint, nous y installons tous les meubles, ça commence à prendre forme et ça fait du bien au moral. J’ai eut droit au test de dépistage du diabète à ce stade qui fut assez chaotique. Je me suis sentie mal pendant  4h avec des nausées constantes, à 2 doigts du malaise, à devoir m’allonger dans un coin pour que ça passe. J’ai lutté et j’ai tenu parce que je ne voulais pas revivre ça quelques jours après, et finalement test négatif, ouf ! Peu de temps après, les résultats de trisomie tombent « risque extrêmement faible » : OUF aussi ! On respire enfin à partir de ce moment, les choses redeviennent plus claires et agréables une fois cette longue attente passée !

On continue d’acheter des petits détails pour bébé, le choix des produits de toilette m’ont pris du temps mais je suis fière d’avoir trouvé du bio, sain et non-cancérigène dans tous ces produits cracra ! La fin du mois se passe plutôt bien, toujours en minimisant les efforts, en se reposant et en prenant du spasfon, on arrive à ne pas dépasser 10/15 contractions par jour. Bébé vit son premier concert depuis mon ventre et entend Coldplay au Stade de France, on commence sa culture musicale au plus jeune âge :D. Voilà comment se conclura ce mois-ci, plutôt bien malgré toutes ces mésaventures ! N’empêche qu’être en arrêt, c’est très ennuyeux et long, le temps passe tellement pas vite. À très vite pour le prochain trimestre !

N’hésitez pas à me raconter vos anecdotes à vous, c’est toujours sympa ! 🙂